Les maudits vents

Les maudits vents

2011-08-13 --- Petit extra en vélo et bilan général

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Road-trip---tat-de-NY---jour-no-14a.jpg

 

De : Yvan Yvan - Trois-Rivières

Date : samedi, 13 août 2011

À : parents et amis

 

Bonjour à tous

 

Oups… Mon trip n’était pas tout à fait terminé ! Un petit mot encore ; surtout pour le bénéfice des cyclistes qui sont à la recherche de nouvelles pistes intéressantes à expérimenter.

 

Ce matin, avant de quitter Montréal et de reprendre la route vers les Trois-Rivières, mon bôf (beau-frère) et moi, avons été faire 50 km sur une piste que j’ai particulièrement appréciée : écluse de Ste-Catherine, écluse de St-Lambert, pont de la Concorde, Île Notre-Dame, Vieux-Port de Montréal… Extrêmement agréable. Tellement que je n’ai pas pu m’empêcher de prendre une série de photos. Tellement que mon bôf, pas habitué de rouler aux côtés d’un cyclotouriste-photographe-amateur, a eu intérêt à savoir comment clipser et déclipser rapidement les souliers de ses pédales. Il est maintenant rendu un spécialiste du déclipsage

 

Bilan rapide de mon escapade dans le New York State, maintenant ?

 

COUP DE CŒUR

 

Mon coup de cœur a définitivement été le Hetchworth State Park.

 

Premièrement, à cause de l’attrait naturel comme tel, qu’ils surnomment le Grand Canyon of the East – ce qui est évidemment exagéré, mais on leur pardonne leur léger enthousiasme. Ben, cet attrait-là, c’est de toute beauté à contempler (je vous avais envoyé quelques photos).

 

Et puis, personnellement, j’aime quand le développement touristique d’un site naturel de cette envergure est conçu intelligemment et sans but pécuniaire. Ce que l’état a réussi à faire dans ce cas précis en s’en occupant probablement lui-même avec les taxes des contribuables ; et non en vendant le site ou en le sous-traitant à des spéculateurs (comme les Howe Caverns, par exemple).

 

La grandiose nature a été préservée malgré la construction de routes et de sentiers ; malgré une série d’haltes et de toilettes propres à intervalles réguliers ; malgré quelques resto-snack-bars et magasins de souvenirs qui demeurent très discrets ; et malgré la présence d’un terrain de camping très bien entretenu. Et tout ça pour un prix d’entrée très raisonnable ($8,00, si je me souviens bien). Je vous le recommande donc sans réserve, si vous passez par là un jour.

 

PRINCIPALE DÉCEPTION

 

Vous vous en doutez sûrement – je viens d’en parler : Howe Caverns… Je sais bien qu’on ne peut pas faire visiter des grottes à des touristes sans construire des infrastructures piétonnières internes sécuritaires. Mais quand même… Je suis convaincu qu’il y aurait eu moyen, ici aussi, de faire les choses intelligemment. Mais non…

 

Il aura fallu que cette merveille de la nature soit vendue à - et exploitées par - des intérêts privés… Le but est donc devenu uniquement financier ; c’est-à-dire en faire une machine à attirer le plus de touristes possibles – à la chaîne –, quitte à dénaturer le site. Ce qu’ils ont parfaitement réussi à faire. C’est triste… Mais je suis peut-être trop dur… Ça m’arrive…

 

EN VRAC

 

Pour le reste, c’était très bien dans l’ensemble. Je vous résume mes petites impressions personnelles concernant mes autres principaux arrêts :

 

Burlington (dans le Vermont). Du plaisir à marcher dans son centre-ville, au milieu des badauds pas pressés. La rue piétonne est Church Street, mais les artères environnantes sont toutes très intéressantes à découvrir.

 

Les îles du lac Champlain (Vermont). À découvrir en auto ou en vélo, mais en empruntant les petits chemins qui longent les berges (même celles en gravier) – et surtout pas en suivant la route 2, beaucoup trop achalandée par le trafic, et qui n’est que très partiellement ouverte sur le lac, de toute façon.

 

Plattsburg. Centre-ville également agréable à marcher. Mais je ne peux vous en dire plus, car je ne m’y suis pas attardé ; et lorsque je me s’y rendu, c’était un mardi matin, en avant-midi. Les week-ends doivent sûrement être plus animés.

 

Le nord-est des Adirondacks. Paysages magnifiques. Lake Placid comme tel, est une ville extrêmement touristique, avec hôtels, restaurants et boutiques. Dans les alentours de Lake Placid sont concentrés une série d’attraits, dont les installations olympiques que l’on peut apparemment visiter. Lieu de prédilection des amateurs de trekking ou de simples randonnées pédestres ; ainsi que de ski, l’hiver, évidemment ; et d’une foule de sports nautiques. À noter que le reste des Adirondacks, quoique sauvage, montagneux et parsemé de lacs et de rivières, invite moins à la contemplation pure.

 

Ausable Chasm. Des gorges magnifiques, exploitées ici aussi par des intérêts privés – donc avec une arrière-pensée de $$ très présente. Mais le développement a quand même été fait intelligemment, le site n’ayant pas été dénaturé…

 

Fort Ticonderoga. Pour les amateurs d’histoire. L’extérieur est une reconstitution architecturale ; l’intérieur est un musée et une galerie d’art. Animations par des guides/comédiens.

 

The Saratoga National Historial Park. Lieu historique de la fameuse bataille de Saratoga qui a été déterminante lors de la guerre d’indépendance des USA ; parc que je n’ai malheureusement pas visité, mais qui semblait intéressant et très bien aménagé. J’ai néanmoins visité (et pratiquement dormi dans) une de ses « extensions » : le Victory Woods (un peu plus au nord, à Victory) et le Saratoga Monument, dans lequel on peut monter tout en haut par des escaliers en colimaçon. Une belle leçon d’histoire dans un cadre calme et inspirant.

 

Bethel Woods. Lieu historique du fameux festival de Woodstock de 1969. Place transformée en immense centre d’art. Je crois qu’il appartient à des intérêts privés qui semblent faire beaucoup d’argent, MAIS voilà un site qui a été bien exploité. Comme quoi, l’un n’empêche pas l’autre…

 

Catskill Park ; Des montagnes, encore. Je ne les ai que longées, mais ça promettait. Pour les adeptes d’activités de plein air, évidemment.

 

United State Military Academy, West Point. Un incontournable, du moins pour ceux qui s’intéressent à l’histoire, à la beauté des paysages et de l’architecture, ainsi qu’aux îlots de société très particuliers. À noter que la petite route 218 qui y mène par le nord est à couper le souffle.

 

Niagara Falls. Qu’en dire ? Tout le monde a déjà été là, sans doute, au moins une fois dans sa vie. Je m’excuse pour ma petite emportée contre Clifton Hill. Peut-être y en a-t-il parmi vous qui apprécient ce genre d’endroit – j’ai porté un dur jugement de valeur, j’en suis désolé. Cela dit, si ça fait longtemps que vous n’avez pas vues les chutes comme telles, alors pourquoi pas ? Non, mais quelles chutes !

 

Fingers Lakes (région des). Ordinaire.

 

PARTICULARITÉS

 

Certaines caractéristiques ont retenu mon attention tout au long de ma route, mais elles ne sont pas propres à l’état de New York. J’avais remarqué la même chose lors de petites escapades dans d’autres états de la Nouvelle-Angleterre, par le passé :

 

Églises. Comme au Québec, dans chaque village on retrouve au moins une église. Je dis « au moins », car c’est très rare qu’il y en a juste une. Il est en effet très fréquent d’en voir deux, trois ou même quatre, qui sont d’ailleurs souvent regroupées ensemble, les unes aux côtés – ou en face – des autres. Cela tient évidemment en la disparité religieuse des Américains. Sans trop m’y connaître, je sais qu’ils sont presbytériens, anglicans, méthodistes, etc., selon des subtilités qui m’échappent complètement. Mais peu importe : personnellement, c’est la présence de ces églises qui m’interpellent : leur présence, leur belle architecture (souvent construite en pierres), leurs dimensions modestes, leur charme discret. Les villages en sont toujours embellis.

 

Les maisons victoriennes. Lorsque j’étais jeune, il y avait dans le village d’à côté – Danville, en Estrie – des maisons particulières, que nous appelions les « grosses maisons », ou les « maisons des Anglais ». Il s’agissait en fait de maisons de style victorien. Elles ne sont évidemment pas typiques que de Danville ! Mais elles appartiennent incontestablement à la culture anglophone. Dans les villes et villages américains du sud du Québec, elles sont légions. Et encore une fois, voilà bien là une présence qui ajoute au charme de tous ces villages qu’il est toujours agréable de traverser.

 

Les « self storages ». Ne riez pas, ok ? Il s’agit d’une particularité qui m’a sauté aux yeux depuis longtemps. Comment se fait-il qu’il y en a tant, aux États-Unis ? Vous savez de quoi je parle ? De ces mini-entrepôts qui ressemblent à des containers, que l’on peut louer pour y stocker nos cossins ou nos meubles. Il me semble ne jamais voir ça par ici. Mais là-bas, c’est très fréquent – surtout aux abords des villages, et même en pleine campagne. Ça m’a toujours intrigué…

 

Les gens. Je ne peux malheureusement élaborer sur le sujet, n’étant pas dans ma nature d’entrer spontanément en contact avec le monde. Le peu que je puisse en dire, c’est que nos voisins immédiats du sud sont courtois dans l’ensemble. Chaque fois que j’ai demandé une information, ils se sont empressés de me renseigner avec forces détails, en respectant ma difficulté avec la langue. Et en général, les automobilistes sont très respectueux des piétons, n’hésitant pas à freiner lorsque ceux-ci s’apprêtent à traverser les rues. On dit que les Américains sont obèses… Je ne peux confirmer ce détail statistique. Parmi tous ceux que j’ai vus, il y en avait de tous les gabarits – comme partout au Québec, en fait.

 

Et puis ? Ça vous donne le goût d'y aller à votre tour ?

 

LE ROAD TRIP EN SOLITAIRE

 

J’ai aimé en général. Il y a eu des gros « pour » et certains « contre ». Mais le bilan est positif dans l’ensemble. J’en reparlerai de vive voix à ceux que ça intéresse. Ou si vous avez des questions particulières, n’hésitez pas à me les poser. J’y répondrai avec plaisir.

 

POUR TERMINER…

 

Bon, voilà… Nous sommes samedi soir, le 13 août 2011, et cela clôt le récit de mon escapade. Je vais retrouver mon lit douillet avec plaisir.

 

Merci d’avoir été là. Voyager en solitaire n’est pas si évident que ça – c’est un de mes « contre ». Le fait de vous écrire – et de recevoir vos messages – a fait en sorte que cette randonnée est devenue possible.

 

Au plaisir de vous revoir bientôt !

 

Yvan Yvan

 



15/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi