Les maudits vents

Les maudits vents

Les sens et les réalités

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/R--flexions-----vidences---Sens--01-.jpg

 

Encore une fois, c’est en déambulant en solitaire à travers les chemins de campagne qu’il m’est venu une – autre – prise de conscience.

 

Ça vous tente d’embarquer dans mon nouveau délire ?

 

Un moment donné, j’allais en vélo et j’ai senti une odeur de mouffette dans l’environnement. Et effectivement, il y en avait une qui était morte sur le bas-côté de la route. J’ai effectué un léger détour pour ne pas rouler dessus, tout en retenant ma respiration. Puis, plus loin, j’ai entendu le bruit d’un moteur de camion derrière moi ; ce qui m’a fait me retourner afin d’évaluer le danger potentiel et de me ranger davantage à droite.

 

Pourquoi je vous fais part de ces anecdotes banales ?

 

Parce que c’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je percevais la réalité autour de moi grâce aux sens dont je suis doté. On me l’avait enseigné à l’école primaire, bien sûr, mais jusque là, et comme toutes les choses que l’on apprend en étant enfant, cela n’était évidemment demeuré qu’une sorte d’abstraction.

 

Quels sont nos sens ? Vous en souvenez-vous ? Il y en a cinq formels : la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et le toucher. Nos cinq sens nous permettent de percevoir et de décoder la réalité du monde physique qui nous entoure de cinq façons différentes. Ainsi, si nous sommes convaincus que nous existons dans notre monde, c’est parce que nos cinq sens nous le prouvent : nous voyons ce monde, et/ou nous l’entendons, et/ou nous le goûtons, et/ou nous le humons, et/ou nous le touchons.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Sens-01a.jpg

 

En passant, la science dit que nous avons beaucoup plus de sens que ces cinq-là. Mais ce n’est pas important pour la suite de mon propos.

 

* * * * *

 

Pendant cette balade en vélo, je me suis demandé ce que serait le monde si un des cinq sens de l’être humain ne s’était pas développé au cours de l’évolution.

 

Prenons l’odorat, par exemple.

 

Disons que l’être humain n’était pas doté du sens de l’odorat, d’accord ? Que se passerait-il ?

 

Cela n’empêcherait aucunement les odeurs d’exister, mais nous n’aurions absolument aucune idée de leur présence. Cette réalité serait inconnue de nous.

 

J’ai ensuite été un peu plus loin dans mon raisonnement. Se pourrait-il, me suis-je candidement demandé, se pourrait-il qu’il existe d’autres réalités qui sont là, tout autour de nous, mais dont nous ignorons la présence du fait que nous n’avons pas les sens pour les percevoir ?

 

Ha ! C’est une bonne question, ça, hein ?

 

Il en existe d’ailleurs. Notre œil nous permet par exemple de distinguer une partie très minime de tout le spectre du rayonnement électromagnétique de notre monde physique : celle comprise grosso modo entre 380 nm et 780 nm ; autrement dit la lumière ; autrement dit les couleurs. Mais il existe d’autres fréquences de ce spectre, en deçà et au-delà de la fréquence de la lumière visible : l’infrarouge et l’ultraviolet, pour ne citer que celles-là. Nous ne les voyons pas directement avec nos yeux, nous ne les entendons pas avec nos oreilles, ni ne les sentons avec notre nez, ni ne les goûtons avec notre langue, ni ne les touchons avec notre peau. Avant l’avènement de machines pour les détecter, personne n’était au fait de ces réalités. Alors qu’elles étaient bel et bien présentes dans notre environnement.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Spectre-onde-electromagnetique.jpg

Cela dit, je repose la question : et s’ils en existaient d’autres – des réalités – qui n’étaient pas perceptibles, celles-là, ni par nos sens ni par les technologies actuelles ?

 

Et si des gens étaient dotés des sens nécessaires pour les percevoir ?

 

Ridicule ?

 

Et pourtant, il semble apparemment que ces réalités existent. Ainsi que les gens qui affirment les percevoir. On appelle ceux-ci des « voyants » – oups ! Rassurez-vous : la grande majorité – sinon tous, peut-être – sont des charlatans.

 

Mais si, parmi eux, il s’en trouvait des « authentiques » ?

 

On les traiterait de fous, bien sûr. Et c’est effectivement ce qui se passe. Mais il y a une raison.

 

* * * * *

 

Imaginons un scénario... Et pour ce faire, reprenons notre exemple de l’odorat.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Odorat.jpg

Disons encore une fois que les humains vivraient aujourd’hui sans le sens de l’odorat. Ce qui, en passant, n’est pas une aberration de l’esprit : plusieurs animaux n’ont pas développé cinq sens, alors que d’autres sont dotés de sens des milliers de fois plus performants que les nôtres. Bref, nous avons dit tout à l’heure que sans l’odorat, les odeurs représenteraient un concept totalement inconnu de nous tous.

 

Mais disons maintenant que quelques personnes – des mutants – seraient nées, elles, avec ce sens. Elles percevraient donc les odeurs. Et il serait naturel qu’elle tente d’expliquer ce phénomène à leurs semblables. Dans ce cas, c’est presque un fait entendu qu’elles n’y parviendraient pas.

 

Premièrement, les gens diraient qu’elles fabulent, et à peu près personne ne les écouterait. Ensuite, même ceux qui feraient l’effort de comprendre ce qu’elles ont à dire auraient du mal à saisir leurs explications. Cela est dû au fait que les mutants ayant de l’odorat ne disposeraient d’aucun mot pour décrire cette réalité. Évidemment, puisque le vocabulaire lié au monde de l’odorat n’existerait pas. Par conséquent, ils utiliseraient des mots qui se rapprocheraient le plus possible de ce qu’ils auraient à en dire, mais cela ne représenterait toujours que des approximations qui ne satisferaient personne.

 

Tentez vous-mêmes l’expérience : imaginez-vous en train d'essayer d’expliquer le concept de l’odorat à quelqu’un qui n’a aucune idée de ce que vous voulez dire, et sans recourir à aucun terme du vocabulaire lié à ce concept. Pour vous aider, voici à peu près ce que cela donnerait :

 

— Heu… Bon, voilà… Ce n’est pas quelque chose que je vois… C’est quelque chose que je perçois par… par le nez, je crois, mais je ne suis pas sûr…

 

— Par le nez ?

 

— Il me semble, oui… Il me semble que je le ressens dans le fond de mes fosses nasales… Ou plus loin… Plus creux, je veux dire… Dans ma gorge, peut-être… Je ne sais trop…

 

— Eh ben…

 

— Des fois, c’est agréable. D’autres fois, pas du tout…

 

— Ah ouais ? Et qu'est-ce qui fait la différence ?

 

— Prenez cette fleur. Ce qu’elle émet est agréable. Je capte ce phénomène et mettant mes narines au-dessus et en inspirant. Comme ça. Vous voyez ?

 

— Plus ou moins

 

— Mais comme je vous disais, ce n'est pas toujours agréable. Certaines choses me donnent au contraire envie de vomir… Comme quand je mets mon nez au-dessus de certaines poubelles, par exemple…

 

— Pourquoi ?

 

— J’en sais rien. Oh, et puis zut ! J’en ai assez. Laissez tomber.

 

Il en résulterait évidemment beaucoup d’insatisfaction d’un côté comme de l’autre. Alors, c’est peut-être la situation qui prévaut pour certaines personnes qui tentent de nous expliquer ce qu’elles perçoivent, et qui nous échappent complètement, à nous.

 

En règle générale, les gens qui affirment percevoir d’autres réalités disent qu’ils voient des mondes… Des mondes qu’ils qualifient de « spirituels ».

 

Mazette ! Si c’était vrai, voilà des individus dont il serait intéressant d’écouter le discours, non ? Le problème, c’est que lorsque nous sommes devant eux, nous adoptons l'une des trois réactions suivantes :

 

- Nous sommes convaincus de facto que nous avons affaire à des charlatans de la petite semaine.

 

- Nous ne remettons pas leur sincérité en doute, mais nous en concluons qu’ils hallucinent, qu’ils ont des araignées dans le plafond, qu’ils ont de graves problèmes de santé mentale ou qu’ils en ont « fumé du bon ».

 

- Nous les écoutons honnêtement, mais nous ne comprenons pas ce qu’ils décrivent, de toute façon.

 

Bref, c’est frustrant pour les gens qui sont de bonne foi. Et c’est frustrant pour nous, leurs interlocuteurs.

 

Pourquoi j’ai parlé de ça, moi ? Parce que je suis intimement convaincu que ces autres réalités existent ; parce que, malheureusement, je ne les perçois pas moi-même ; parce que je crois que certaines gens les perçoivent, eux ; et parce que je ne sais pas du tout qui écouter qui m'en parlerait honnêtement et clairement.

 

Et finalement – pour résumer : parce que je suis fru.

 

J’ai parlé de ce sujet-là pour me défouler en fin de compte.

 

* * * 

 

En PS, je vous propose un quiz, ok ?

 

Avant toutes choses, je vous demanderais de prendre 5 minutes de votre temps et d'écouter cette vidéo. J'ai pris celle-là, mais j'aurais pu prendre n'importe laquelle parmi les deux millions qui existent sur des sujets semblables sur You Tube. Cette femme dit voir des entités que le monde ordinaire ne voit pas. Ça s'appelle les "êtres de la nature". Sans doute en avez-vous déjà entendu parler ? Les elfes, genre ? Les gnomes ? Fée Clochette ?

 

Bon maintenant, après en avoir pris connaissance, quel énoncé parmi les suivants est le plus plausible, d'après vous :

 

a) Cette femme joue la comédie en se payant littéralement votre tête (une fois le piton du micro à off, elle s'est mise à rire avec ses copines qui se tenaient à ses côtés en se retenant de pouffer).

 

b) Cette femme est en train de décrire un trip psychédélique qu'elle a déjà fait après avoir avalé un cap d'acide (dans ce cas, j'aimerais beaucoup qu'elle me fournisse l'adresse de son fournisseur).

 

c) Cette femme souffre d'un problème de santé mentale. C'est pour cette raison qu'elle croit vraiment elle-même ce qu'elle raconte, alors qu'en réalité elle vit un délire parce qu'elle ne prend pas ses médicaments.

 

d) Cette femme voit réellement ce qu'elle décrit. 

 

e) Autre(s) réponse(s) qui m'aurai(en)t échappée(s).

 

Difficile de croire en la réponse "d", n'est-ce pas ? Mais si c'était la bonne ?



13/04/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi