Les maudits vents

Les maudits vents

Le corps humain

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/R--flexions-----vidences---Vie--02-.jpg

 

Entre la contemplation des paysages, l’indignation devant les déchets sur les bas-côtés des chemins et les trips de l’imagination qui part en cavale, les longues distances accomplies en solitaire – en vélo ou à pied – sur les routes permettent fréquemment de très intéressantes méditations et prises de conscience. Personnellement, j’en ai eu plusieurs.

 

L’une de celles-ci porte sur notre corps… M’enfin, je veux dire le corps humain en général… La « vie », quoi !

 

Répondez-moi franchement : combien de fois vous êtes-vous pâmés devant cette « machine » qu’est votre corps ? Moi, pas souvent, je l’avoue. Du moins, jadis. Mais depuis mes premières prises de conscience à son égard, c’est devenu l’un de mes sujets de réflexion les plus obsessifs.

 

On le tient tellement pour acquis, celui-là, que ça frôle le manque de respect étant donné la merveille (euphémisme) qu’il représente.

 

Je sais bien que la « vie » ne concerne pas uniquement le corps humain. La vie, c’est aussi les animaux, les végétaux et les organismes microscopiques. Mais faute de place et de temps, je ne m’attarderai que sur celui-ci pour le moment, d’accord ?

 

* * * * *

 

Lorsqu’on s’arrête pour y penser, il est parfaitement hallucinant de réaliser qu’à la base, vous n’êtes pas « une » personne, mais bien un ensemble de petites unités de vie. On les appelle les cellules. Et que celles-ci vivent en communauté et dans une harmonie absolument parfaite. Une communauté monstrueuse, pour dire la vérité. Monstrueuse dans le sens de complètement démesurée, de pétée.

 

Connaissez-vous le nombre de cellules qui compose votre corps ? Selon les estimations, elles sont environ cent mille milliards…

 

100 000 000 000 000

 

Gloup…

 

Avez-vous conscience de ce que ce chiffre représente ? Il correspond grosso modo au nombre d’étoiles contenues dans 500 galaxies comme la nôtre. C’est tellement énorme que notre esprit est pratiquement incapable de prendre la pleine mesure de telles données. C’est pourtant la vérité : physiologiquement parlant, vous n’êtes pas « un », non ; vous êtes une communauté de cent mille milliards d’unités de vie qui s’activent comme des damnés à l’intérieur de vous.

 

Chacune de ces cellules occupe un volume d’une vingtaine de microns en moyenne (vingt millième de millimètre). On ne peut évidemment les voir qu’au microscope.

 

Personnellement, depuis ma prise de conscience, je considère chacune d’entre elles comme des individus en chair et en os. Des individus dont le bien-être m’incombe. Il le faut bien : elles sont moi.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Cellule-01.jpg 

* * * * *

 

Comme n’importe quelle personne sur la Terre, les cellules de votre corps naissent, vivent un certain temps et meurent. À quelques exceptions près, avant de mourir, elles sont remplacées par d’autres cellules semblables à elles-mêmes. Elles se relaient pendant toute votre vie afin que vous puissiez continuer d’exister, vous.

 

Vos cellules sont évidemment spécialisées. En fait, il y en a plus de deux cents variétés. Et du fait qu’elles sont soudées les unes contre les autres, elles forment ainsi les différents composants de votre organisme : la peau, les muscles, les organes, le cerveau, etc., etc., etc.

 

Et pour rester en vie et jouer le rôle qui leur est dévolu dans votre corps, elles ont besoin de manger, de respirer, et d’éliminer des toxines – le dioxyde de carbone – à l’extérieur de leur enveloppe. De cette façon, quand vous mangez, c’est pour alimenter vos cents mille milliards de cellules ; quand vous inspirez, c’est pour leur apporter leur ration d’oxygène ; et quand vous expirez, c’est pour éliminer leurs toxines.

 

Elles sont certes à votre service – afin que vous puissiez vivre vos expériences –, mais vous aussi vous êtes également à leur service. Si vous n’en prenez pas soin, elles mourront. Et vous en même temps, par conséquent.

 

Elles sont vous, et vous êtes elles. Elles n’ont pas de conscience personnelle. Elles n’ont qu’une seule et unique conscience, qui est collective : la vôtre…

 

Il s’agit sans doute là de l’association la plus énigmatique de la Terre.

 

* * * * *

 

Vos cellules vivent donc en communauté.

 

Il est impensable qu’une cellule de votre corps vive en solitaire. Si elle prenait une telle décision (du genre « Je veux m’émanciper ! Dorénavant, je fais mon chemin sans l’aide de personne ! »), elle mourrait sur-le-champ : elle ne recevrait plus sa ration de nourriture ; elle ne respirerait plus ; elle n’éliminerait plus les toxines qu’elle a dans le corps.

 

Vos cellules n’ont aucun autre choix que de vivre en communauté. Et pour vivre en communauté, ça, elles le font ! Votre communauté de cellules, c’est la structure la plus gigantesque, la plus intelligente, la plus coordonnée, bref c’est la plus prodigieuse de toutes les organisations que vous puissiez imaginer.

 

Et de loin.

 

Et de très loin.

 

En fait, vous prendriez l’ensemble des meilleurs cerveaux qui ont existé sur Terre depuis le début de l’humanité, vous les enfermeriez tous dans le même laboratoire avec des ordinateurs mille fois plus performants que ceux d’aujourd’hui, et vous leur donneriez comme mandat de coordonner toutes les activités de votre corps – il s’en produit des milliards à la seconde –, et ils n’y parviendraient jamais. Ce serait la pagaille complète. Et votre espérance de vie, dans ce cas, ne serait que de quelques secondes.

 

Et pourtant, en règle générale, votre corps fonctionne très bien. Si vous vous nourrissez bien, chacune de vos cent mille milliards de cellules reçoit les éléments nutritifs dont elle a besoin pour être en santé. Si vous n’êtes pas en train de suffoquer, chacune reçoit sa part d’oxygène. Et toutes ses toxines sont éliminées dans les temps requis.

 

Incroyable, non ?

 

Incroyable, car selon ce qu’on est à même de constater, « personne » ne s’occupe de ça. Ça se fait tout seul. Et tout cela s’adapte à vos activités du moment : à vos activités personnelles quotidiennes.

 

Si vous vous vous mettez tout à coup à courir, par exemple, votre armée de cellules se met aussitôt en branle pour vous fournir l’énergie nécessaire à cette activité. Le processus demande par contre, et entre autres, beaucoup d’oxygène supplémentaire. Et il en résulte également un volume supplémentaire de gaz toxique à éliminer. Votre cœur (qui est un ensemble de vos cellules spécialisées) se met alors à battre plus vite de façon à augmenter le débit de la circulation du sang. De cette façon, les globules rouges galopent à fond de train afin de capter les molécules d’oxygène dans vos poumons (un autre ensemble de cellules spécialisées) et de les distribuer exactement là où il le faut ; c’est-à-dire aux cellules qui travaillent le plus pendant que vous courez. Au passage, elles attrapent leur gaz carbonique (toxique) dans le but de l’éliminer au plus vite.

 

N’oubliez pas que des milliards d’individus (de cellules) sont impliqués dans cette mécanique. Cela demande une coordination monstre. Une coordination impossible à imaginer. Et pourtant, et pour peu que vous n’y alliez pas trop drastiquement, tout se déroule de façon nickel : toutes vos cellules s’activent selon le rôle qui leur est dévolu, elles sont toutes alimentées en nutriments et en oxygène selon leurs besoins, et leurs toxines sont toutes éliminées.

 

Et du fait que personne ne semble s’occuper de ce processus, eh bien, c’est magique, non ?

 

C’est un véritable miracle, oui !

 

* * * * *

 

Mais c’est là qu’une question – évidente – se pose : personne ne s’occupe réellement de ça ? Vraiment personne ?

 

Les ésotéristes disent que ce grand coordonnateur, c'est nous-mêmes... M'enfin, que c'est notre "subconscient". Ce qui, admettons-le, ne répond aucunement à la question.

 

Les scientifiques – dans leur habituelle « humilité » – admettent pour leur part, et pour le moment, qu'ils ils ne comprennent pas le phénomène de la vie. Mais ils rajoutent qu’ils le comprendront nécessairement un jour ou l’autre, en temps en lieu, lorsque la science aura avancé davantage.

 

Pour l’instant, ils se contentent de nous apprendre qu’il s’agit d’un processus qui a pris des millions d’années à apparaître et à se perfectionner. Très sommairement, dans l’océan primitif de la Terre, des molécules se sont un jour chimiquement organisées en acides aminés – la « brique du vivant ». Puis, un peu plus tard, ces molécules se seraient à leur tour chimiquement transformées en protéines.

 

À partir de là, de millénaire en millénaire, les protéines elles-mêmes se seraient « concertées » ( ! ) pour se rassembler en communauté et former peu à peu des organismes microscopiques dotés d’une autonomie propre : des bactéries monocellulaires. Ensuite – on fait toujours ici référence à un processus qui s’échelonne sur un laps de temps difficilement compréhensible à notre niveau –, ces petits organismes se seraient concertés ( ! ) à leur tour pour former des corps physiques complets – des minuscules et des gigantesques – et pour se perpétuer.

 

On croirait rêver, non ?

 

Des molécules qui se concertent pour former des cellules ! Des cellules qui se concertent pour construire des corps humains ! C’est le délire.

 

L’autre jour, mon œil a capté un clou qui avait été abandonné par terre. Y a-t-il quelque chose de plus simple, chimiquement parlant, qu’un clou ? C’est un alliage de différentes molécules toutes semblables et « soudées » les unes aux autres.

 

Lorsque j’ai aperçu ce clou, j’ai tout de suite su qu’il avait été fabriqué dans une usine – et donc par l’Homme. Il ne m’est pas passé une seule seconde par la tête que les molécules qui le composent s’étaient concertées pour se former en clou ! Si j’avais prétendu une telle idiotie, on m’aurait enfermé à Hyppolyte Lafontaine.

 

Même chose pour tous les objets qui font partie de notre quotidien : toutes les machines entre autres : les autos, les avions, les fusées… Il ne vous viendrait jamais à l’esprit, n’est-ce pas, que des molécules se soient un jour concertées pour s’assembler les unes contre les autres et former une auto ? On vous enfermerait vous aussi à Hippolyte Lafontaine.

 

Et pourtant, on prétend candidement que ces molécules l’ont fait pour des « choses » des milliards de fois plus complexes que la plus perfectionnée des machines.

 

Prenez juste une cellule – quelques millièmes de millièmes, je vous le rappelle. Une flopée de scientifiques et des années de recherches ont été nécessaires pour comprendre comment fonctionnait une cellule. À force de l’observer, de la disséquer, de la triturer, ces gens ont fini par comprendre son mécanisme et son rôle – même s’ils ont encore beaucoup de croûtes à manger pour en venir totalement à bout. Mais demandez-leur maintenant d’en fabriquer une. Quand bien même ils auraient tous les matériaux de base – des milliards de molécules – étalés devant eux, ce sera un échec total.

 

Ils n’ont absolument aucune espèce d’idée sur la façon de construire une cellule à partir des matériaux de base, et encore moins sur la façon de lui insuffler la « vie ». Mais avec un superbe aplomb, ils prétendent que cela s’est fait « tout seul », par simples réactions chimiques dues au hasard. Et ils prétendent en outre qu’une fois construites – toutes seules –, d'autres réactions chimiques sont responsables de leur agglutination les unes contre les autres, elle-même à l'origine de la construction des organismes vivants complexes. Et qu’elles se coordonnent maintenant toutes seules pour que tout cela fonctionne de façon autonome.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Cellule-02a.jpg

 

Faut être culotté pour affirmer une chose semblable, non ? Faut se prendre pour je sais pas qui…

 

Je reviendrai sûrement sur ce sujet, car il est passionnant, trouvez-vous ?

 

Pour le moment, je vous invite à méditer là-dessus. Si comme je le crois sincèrement, notre corps ne s’est pas fabriqué tout seul au hasard de réactions chimiques, alors qui a dirigé le processus ? Et s’il ne fonctionne pas tout seul en cet instant-même, alors qui s’en occupe ?

 

Ah oui, c'est vrai ! Raël me l’a dit, l’autre jour : ce sont les Élohims ! S’cusez…

 

Yvan Yvan

 

PS) Bon... Avant que quelqu’un me compare à ces fanatiques qui prétendent que c’est Dieu qui a construit l’homme voilà 6000 d’un coup de baguette magique – comme il est écrit dans la Bible –, sachez que j’adhère tout à fait à la théorie de l'évolution. Mais l’évidence pour moi, c’est que cette évolution a été dirigée par une Intelligence (appelez celle-ci comme vous voudrez) qui nous dépasse ; et non pas au petit bonheur la chance.

 

PS) Si le sujet vous passionne, ce petit film de quatre minutes vous intéressera peut-être. Ainsi que celui-ci, de quatre minutes également.

 

Comme le dirait Charles Tisseyre : fascinant !



11/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi