Les maudits vents

Les maudits vents

Capitale nationale --- Parc national de la Jacques-Cartier --- Sentier des Loups

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Pr--sentation.jpg

 

Lundi, le 22 octobre 2018

 

First of all, il n’y a aucun loup dans le sentier des Loups. En tout cas, nous n’en avons vu – ni entendu hurler – aucun pour notre part. Et je n’ai jamais entendu parler que quelqu’un en avait vus non plus. Peut-être jadis, mais si c’est le cas, ça doit faire un tabarnouche de bout de temps. Nous avons vu un renard, par contre (sur la route dans le Parc), pis une martre. Ben oui !

 

Mais je commence par le commencement…

 

Le sentier des Loups se trouve dans le superbe Parc national de la Jacques-Cartier.

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Photo-du-site.jpg

 

C’était la première fois de ma vie que j’entrais dedans. Y’était temps, hein ? Il n’est pas loin, pourtant : juste à une quarantaine de kilomètres au nord de Québec – sur le chemin pour se rendre à Saguenay (anciennement Chicoutimi-Jonquière).

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Situation-g--ographique.jpg

 

Pour ma première visite, nous avons décidé de faire l’un de ses deux sentiers pédestres considérés comme « difficiles » : le sentier des Loups, 11 km (l’autre étant le Scatora – 16 km). Le départ se trouve au « km 16 » à partir de l’entrée sud du Parc (secteur de la Vallée).

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Carte-parc.jpg

 

Une fois passé la guérite, presque une demi-heure de route est nécessaire pour se rendre à ce fameux « km 16 ».

 

Jusqu’au « km 10 », le chemin est asphalté et ça se passe bien. Ensuite, il se transforme en chemin de terre, jusqu’au « km 13 », mais ça continue à bien aller, même si l’on doit ralentir. Les 3 derniers km (après un pont) sont en terre itou, mais il faut maintenant compter avec des nids de poules gros comme des cratères de météorites pis des roches qui sortent du sol et qui ressemblent à des monolithes – j’exagère.

 

Mais le paysage est de toute beauté. On longe la rivière Jacques-Cartier qui est encaissée dans une profonde vallée. C’est majestueux. Juste cette petite balade vaut le déplacement.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Long-de-la-J-C.JPG
 

Petite anecdote, comme ça, en commençant…

 

J’avais lu, sur le site du Parc, que le chemin n’est entretenu l’hiver que jusqu’au « km 10 ». À partir de cet endroit, on nous avertit que se rendre plus loin en auto dépend des conditions météo. Comme nous étions le 22 octobre et qu’il y avait de la neige, arrivé à la guérite, j’ai demandé si le chemin était ouvert après ce fameux « km 10 ». L’employé m’a répondu :

 

— Je pense que oui…

— Heu… Vous pensez que oui ?

— C’est ça, oui : je pense qu’il est ouvert…

— Mais… Heu… Yati moyen de s’en assurer avant de payer et de s’y rendre pour rien ?

 

Ce qu’il a fait : il a appelé quelqu’un. La personne qui lui a répondu lui a dit : « A priori, c’est ouvert »

 

Heu… A priori ? Mais encore ?

 

Le jeune s’est excusé en mentionnant que les autorités du Parc n’informaient jamais l’accueil de ces détails. Eh ben… Drôle d’organisation…

 

On a pris la chance que c’était ouvert.

 

Heureusement, ça l’était. Et c’est sans problème que nous nous sommes rendus au fameux « km 16 » – en croisant un renard pour le même forfait !

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Renard.JPG

 

Le sentier des Loups, donc :

 

Longueur : 11 km (aller-retour)

Dénivelé : 450 mètres

Niveau de difficulté : difficile

 

Difficile, ça l’était un peu, mais j’ai déjà vu pire. Il se fait bien en autant que l’on soit le moindrement en forme et qu’on n’ait pas peur de marcher à travers une piste remplie de rochers – mais ce n’est vraiment le cas qu’à la toute fin.

 

La particularité de ce sentier, ce sont ses deux belvédères : l’un offrant une vue imprenable sur la rivière Jacques-Cartier ; le second – tout au bout – offrant une vue sur la rivière Sautauriski. À part ça… À part ça, ben c’est une piste qui serpente à travers le bois, comme il y en a des centaines d’autres au Québec. Voir le plan du sentier (en orange) sur la carte ci-dessous :

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Carte-sentier.jpg

 

Comme on peut le voir, le sentier forme une sorte de « S » qui monte sans arrêt. Et comme de raison, il descend sans arrêt au retour, car il s’agit d’une piste linéaire. Ce qui implique de revenir par le même chemin, mais en sens inverse.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques--Cartier---Sentier-Loups---Sch--ma-sentier-Loups.png

 

Je diviserai ce sentier en 3 parties : 1) jusqu’à la 1ère courbe ; 2) jusqu’à la 2e courbe ; et 3) jusqu’à la fin.

 

Total = 5 ½ km (x 2 = 11 km)

 

1) Jusqu’à la 1ère courbe  (environ 500 m)

 

Rien de vraiment transcendant à raconter pour ce bout-là. Pas long et plutôt facile : le dénivelé n’est que de 50 mètres environ. Lorsque nous sommes partis, il était 9h30, nous étions pas mal les premiers arrivés et à l’entreprendre. Un centimètre de neige recouvrait la piste. Il faisait quelque – 3o. Tout était absolument parfait.

 

2) Jusqu’à la 2e courbe  (environ 1 ½ km + un détour de ½ km aller-retour)

 

C’est là que ça devient intéressant du point de vue de la mise en forme. La pente se met à être assez soutenue : avec des escaliers en pierres par endroits pour nous aider à monter. Jusqu’au 1er belvédère, on passe de 300 à 500 mètres en 1 ½ km environ, dans une forêt de sapinage et de feuillus (de feuillus sans feuilles, par contre, celles-ci étant déjà presque toutes tombés à cette latitude et à cette date).

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Domi.JPG

 

Une fois parvenu à la 2e courbe, on a le choix de tourner à gauche pour accéder au 1er belvédère ou de tourner à droite pour se rendre sans tarder à la fin du sentier. Comme ce belvédère est le principal attrait de cette randonnée, on serait fou à lier de laisser passer cette occasion. Surtout que l’on n’a que 250 mètres à faire pour s’y rendre. Alors go, hein ? Et sans aucune tergiversation.

 

Et nous avons eu notre cadeau : une vue extraordinaire sur la rivière Jacques-Cartier dans le fond de sa vallée. Malheureusement, les photos ne rendent pas réellement hommage au spectacle auquel on a eu droit en personne.

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Belv--d--re-1.JPG

 

Et malheureusement aussi, c’est ici que notre belle promenade dans la nature sauvage et silencieuse en a pris pour son rhume…

 

Juste au moment où nous quittions ce belvédère, des ados sont apparus en piaillant comme des malades. Ils étaient une trentaine. Il s’agissait d’une classe blanche d’une école de la région.

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Sortie-scolaire.png

 

Et c’est tombé en plein le jour et l’heure de notre présence en ces lieux. Fallait le faire, hein ? Misère…

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups-----moticone-ennui.png

 

3) Jusqu’à la 3e courbe  (environ 2,8 km)

 

Les jeunes ne sont pas restés longtemps au belvédère. Cinq minutes ne s’étaient pas écoulés que nous les avons réentendus hurler en arrière de nous. Nous avons jugé préférable de les laisser passer. Et en espérant qu’ils auraient quitté le 2e belvédère avant notre arrivée là-bas !

 

Une fois cela fait et alors que les cris diminuaient par devant, nous sommes repartis dans la même direction à notre tour, mais lentement, pour permettre aux jeunes de parvenir au belvédère bien avant nous – et d’en profiter, et de le quitter !

 

Au début, c’était facile. Ça montait, mais la pente était très peu inclinée. Et le sentier était large. À certains endroits, les autorités du Parc avaient fait récemment des abattages drastiques afin de régénérer la forêt. On aurait presque dit une coupe à blanc par bouts. Mazette !

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---R--g--n--rescence.JPG

 

Et puis est arrivée une surprise : alors que nous étions certains que c’était pour être facile comme ça jusqu’à la fin, ça s’est mis à se compliquer environ ½ km avant le belvédère : le petit sentier pout-pout est devenu une piste très rocailleuse et boueuse et pentue et ardue à traverser. Les rochers étaient enduits de glace par endroits, ce qui rendait certains passages très hasardeux.

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Rocailleux.JPG

 

J’avoue que cette portion-là a été un peu pénible. Elle m’a rappelé notre ascension du sentier Pioui de l’an passé.

 

MAIS…

 

Mais la récompense, encore une fois, était au bout de nos peines : le 2e belvédère avec sa vue imprenable sur la rivière Sautauriski.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Belv--d--re-2.JPG

Et la récompense était d’autant plus appréciée que la trentaine de gamins de tout à l’heure étaient justement en train de quitter cet endroit quand nous sommes arrivés. La synchronicité était parfaite – fiou !

 

Il restait quand même une dizaine de personnes sur place. Ce qui m’a fait réfléchir…

 

Nous étions le 22 octobre, hors-saison donc, et nous étions un lundi, c’est-à-dire une journée où, habituellement, il n’y a que les retraités, en principe, qui devraient avoir le temps de faire de belles tites sorties comme ça. Eh bien, nous avons néanmoins rencontré au moins une cinquantaine de marcheurs (à part les ados), comme nous, sur cette piste, ce jour-là. Et de tous les âges. Alors, qu’est-ce que ça doit être en plein cœur de l’été – et les week-ends – que je me suis dit… Internet avertit d’ailleurs que le sentier des Loups est le plus populaire de tous les sentiers du Parc. À tous les amoureux de la nature calme et paisible et silencieuse : tenez-vous-le pour dit.

 

Cela dit, une martre trottinait autour de nous à cet endroit.

 

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Martre.JPG

 

Sur le coup, je nous ai trouvés chanceux et privilégiés de l’apercevoir là, à ce moment-là. Mais ensuite, j’ai compris que tous les randonneurs de ce sentier devaient sûrement la photographier sous tous les angles à chacun de leur passage, car il semblait évident qu’elle était habituée de voir des humains. Elle ne paraissait pas farouche pour un sou, en tout cas. En fait, elle devait être nourrie par tout le monde, et ce, malgré un panneau qui l’interdisait formellement. J’ai d’ailleurs vu deux jeunes filles donner à manger aux oiseaux qui n’attendaient que ça. Comme disent les Français : les règlements, c’est pour être transgressés. Et au diable le respect de la nature…

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---D--fense-animaux.jpg

 

Nous avons nous-mêmes lunché à cet endroit. Mais nous ne nous sommes pas attardés. Mine de rien, il faisait frette en dehors de la forêt et à 700 mètres d’altitude. Après 15 minutes d’une petite bouffe et d’une séance de contemplation, nous avons remballé nos affaires et go pour le retour à l’auto.

 

Descente difficile, évidemment, puisque nous reprenions à l’envers ce que nous venions de nous taper avant le belvédère : la rocaille gelée, donc. Un vrai casse-gueule. Il fallait faire gaffe de ne pas glisser et se péter la fiole. Mais une fois sorti du ½ km problématique, la facilité est revenue.

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Yvan.JPG

 

La différence d’avec la montée, par contre, c’était que la belle neige de ce matin avait été remplacée par de la boue, la neige ayant été piétinée par les centaines de pieds de marcheurs qui l’avaient foulée durant la journée.

 

Et c’est avec nos shooclacks traversées d’eau et de bouette que nous sommes revenus en bas.

 

*  *  *

 

Si vous aimez les sentiers avec de beaux points de vue, celui-ci mérite sans doute le déplacement de par son 1er belvédère – et de par son 2e itou, mais dans une moindre mesure. À part ça, c’est le bois. Et comme je dis souvent : le bois, c’est le bois. Est-ce que ça vaut la peine de se taper plusieurs heures de route pour se promener dans le bois, alors que vous en avez sûrement un près de chez vous ? C’est vous qui le savez. Mais la balade en auto à travers le Parc vaut également le détour.

 

La brochure du Parc mentionne que la durée de marche de ce sentier est de 3 ½ heures. Nous l’avons fait en 5 ½ heures (de 9h30 à 15h00), mais cela inclut : une avancée plutôt lente à cause des roches gelées sur le dernier tronçon (et aussi parce que nous voulions laisser de la distance entre le groupe d’ados et nous), de nombreux arrêts pause-kodak et un petit quart d’heure de lunch tout au bout.

 

 https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/Parc-Jacques-Cartier---Sentier-Loups---Domi-et-Yvan.png

 

 



24/10/2018
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi