Les maudits vents

Les maudits vents

2013-02-14 --- Une longue journée d'autobus

https://static.blog4ever.com/2016/03/816195/--quateur---jour-20a.jpg

 

De : Yvan Yvan – Cuenca

Date : jeudi, 14 février 2013

À : parents et amis

 

Bonjour à tous,

 

Bonne Saint-Valentin ! Pendant que je vous écris, peut-être êtes-vous au resto en train de susurrer des petits mots d’amour dans l’oreille de votre conjoint(e) ? Ah, mes chanceux !

 

Pour ma part, ici, je suis tout seul au monde, dans un grenier – comme Cendrillon. Si vous voyiez la place ! Grande chambre, deux lits simples avec des matelas qui datent de la période des Incas, quelques meubles chambranlants… Un simple rideau me sépare du véritable grenier dans lequel est entreposée une sorte de bric-à-brac. C’est quand même OK. Mon seul bug est que je dois partager une salle de bain avec des jeunes qui crèchent dans de petits dortoirs à l’étage en-dessous. Ça me rappelle ma jeunesse en titi !

 

C’était la seule chambre privée qui restait dans le petit hôtel où je suis descendu. Et à l’heure où je suis arrivé, et avec la fatigue que j’avais dans le corps, je me suis pas obstiné à courir les rues pour trouver autre chose. Demain, je verrai à ça. Pour l’instant, je suis crevé, et ça me convient très bien. J’ai d’ailleurs déjà connu pire ; durant ma 1ère semaine en Inde, notamment, dans le delta du Gange… Ah ! Que de souvenirs, là aussi, hein, mes deux amis ?

 

Je suis parti à 9h30, ce matin, de Riobamba. Et je suis arrivé à Cuenca à 15h45. Si vous comptez bien, ça donne 6¼ heures d’autobus non stop. C’est comme d’aller en France en avion, quoi ; avec full turbulences. Et tout ça pour faire 254 malheureux km. Pour ceux qui se préparent à calculer la vitesse moyenne, je vous épargne cette peine, car je l’ai fait pour vous : ça revient à un gros 41 km/hre – même pas la vitesse de ville…

 

Le voyage a donc été long… Et il a été… comment dire ? Un mélange de toutes sortes d’affaires… Mon feeling est dur à traduire… J’ai tripé ben raide, en même temps que j’avais hâte que ça finisse. Comprenez-vous quelque chose là-dedans, vous-autres ?

 

Tout d’abord, il y a eu les paysages, encore une fois, que je ne me lassais pas d’admirer – quand je le pouvais, en tout cas, à cause du brouillard (il a gâché pas mal la sauce tout le long, celui-là)… Et puis, les routes en lacets, sans garde-fous, toujours ; les embarquements et les débarquements des Indiens en costumes traditionnels ; la campagne remplie d’Indiens, justement, tous plus colorés les uns que les autres… Tout ça = très gros dépaysement, bien sûr.

 

Et c’est aussi pour toutes ces raisons – brouillard, routes en lacets, nombreux arrêts – que l’autobus avançait à pas de tortue. Vers le milieu du trajet, je me disais que jamais on n’arriverait en-dedans des six heures prévues. J’ai eu raison par quinze minutes seulement.

 

Bref, me voilà à Cuenca…

 

C’est quoi ça, Cuenca ? que j’en entends demander certains d’ici.

 

Je vous en parlerai davantage à partir de demain. Je vais avoir en masse le temps, car je suis ici pour quelques jours d’affilée.

 

Juste vous dire que cette ville a la réputation d’être l'un des endroits les plus agréables pour vivre sa retraite… C’est le fun, hein ? L’affaire, c’est que jusqu’à maintenant, je n’ai vu que des jeunes très branchés dans la rue… C’en était même très particulier. Pendant que je vous écris, je les entends d’ailleurs fêter en bas, sur les trottoirs – ils chantent à tue-tête ! On dirait qu’il y a des karaokés partout. Alors, pour ce qui est des retraités, je ne sais pas où ils sont – dans des foyers, peut-être, comme chez nous ?

 

Mais je viens d’arriver… Je n’ai vu la ville que le temps d’aller souper, tout à l’heure…

 

Bon, je vous laisse. Pour ma part, ce sera une bonne nuit en position couchée pour me remettre de ces 6¼ heures en position assise… Ça a quasiment été plus dur que de monter le Cotopaxi…

 

À plus amigos !

 

Yvan Yvan 

 

Si vous désirez lire immédiatement la suite du voyage d'Yvan Yvan en Équateur, cliquez ici.

 



20/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi